Vertigo

Création musicale 2020
Thomas Turine / Cosipie
31 janvier 2020 – Bruxelles – Senghor * Semaine du Son
Mars 2020 – Centre Wallonie Bruxelles – Paris
Thomas Turine, composition, direction, électro-acoustique, spatialisation.
Candy Saulnier, Jean Fürst, Sébastien Jacobs : Voix
Céline Bodson: Violon
Sara Picavet: Piano
Yann Lecollaire: Clarinette basse

Coproduction: Senghor – Cosipie

190916 TABLETTES MASTER H24-9-23-30 - copie
Il y a 3800 ans, des scribes hourrites inscrivaient en cunéiforme un ensemble de textes et d’indications musicales sur des tablettes d’argile. Découverts dans les années 60 ces “Chants hourrites” allaient devenir les plus anciennes traces d’écriture musicale connues. La majorité de ces tablettes n’a jamais été mis en musique…
Questionnant les liens du vertige au langage et aux temps innommables, Thomas Turine transpose ce cunéiforme en un langage musical singulier.

Vertigo convie six musiciens à creuser ces sillons d’argile et à s’immiscer dans les interstices de ce langage pour en faire surgir un territoire sonore vertigineux.

190916 TABLETTES MASTER H25-26-29
Une immersion dans les profondeurs du cunéiforme ougaritique, tracés angulairement dans la terre glaise, nous enfoncer dans des entrailles inconscientes de l’histoire et faire surgir de cette terre, un espace sonore musical, un espace à pensée.

190916 TABLETTES MASTER H27

Vertigo traite les relations intimes que nos langages entretiennent avec le temps.
Comment les temps passés, l’Histoire, s’accumulent-ils, jour après jour, en une matière intemporelle, un terreau inconscient duquel émergerait notre langue.

Partant du principe que lorsque les mots sont dans l’impossibilité de nommer, surgissent une série de sensations physiques, comme des interférences de perceptions se situant exactement entre nous et notre milieu. Perturbations des dimensions et du temps, de la gravité qui forge notre espace temps.

Mettant en frottement les plus anciennes écritures musicales connues avec un monde sonore contemporain, Vertigo perturbe un équilibre, crée une petite apocalypse de sensations. Une expérience de vertiges sonores.

191118-scoreex-1.png

191118-scoreex-4.png

Réflexions – inspirations – références

* Je voulais travailler ce Vertige qui me foudroie en rêves.

* Apparu la question de son rapport au langage.
Quand il perd pied, là où il ne peut plus nommer. Apparaissent des sensations. Les sens deviennent langage.

* Il y a dix ans, visitant l’aile mésopotamienne du Louvre, je tombe sur des tablettes écrites en cunéiforme. Les millénaires me traversent en un instant et provoquent un vertige.
J’y achète un Manuel d’Ougaritique qui rassemble des retranscriptions de tablettes d’argiles sculptées par des scribes de la cité antique d’Ougarit (Ras Shamra, en Syrie actuelle). Recensements de notaires, comptabilités, lettres, mythologies…

* En 2016, à Laborde, lisant Jean Oury (psychiatre fondateur de la clinique de Laborde) autour de notre processus de création d’Alice à Laborde (avec Hélène Mathon), spectacle musical chanté créé pour et interprété par les pensionnaires labordiens, je découvre la Fonction Scribe.

* Récemment, cherchant les plus anciennes traces d’écritures musicales, je découvre cette trentaine de tablettes, surgies à OUGARIT, sculptées il y a 3800 ans, transcrivant des chants et Une série d’indications musicales. Je réalise que les musicologues n’ont donné forme musicale qu’à une seule de ces pierres, H.06.

* Il me fallait approfondir cette vision du cunéiforme, questionner ces sensations d’un rapport aux temps millénaires qui nous constituent et que nous pourrions, ici, pour les besoins de cette pièce, assimiler au concept du musement (voir la Fonction Scribe.)

* Je tourne autour de ce Manuel d’ougaritique depuis une dizaine d’années. Dès que je pose un regard sur le cunéiforme, il m’est impossible de concevoir ce qui m’en sépare. Mes matériaux sont insuffisants.
Etre traversé par l’Histoire, être propulsé en une zone hors du langage. Vertigo serait une zone. Je pense à la synesthésie, je ne pense pas être synesthète. Lorsque je plonge en ma mémoire, je me faufile entre des formes informes, des reliefs, des paysages abstraits, comme des bulles imparfaites enrobant des amas de fragments d’histoires immémorables .Vertigo serait une zone de pensée, de tentative d’appréhension de l’Histoire qui nous dépasse, mais dont nous faisons partie et dans laquelle nous sommes en tout instant.190916 TABLETTES MASTER H28

190916 TABLETTES MASTER H22