VERTIGO – Live 9 july 2020

De Thomas Turine avec Hélène Mathon et Sébastien Jacobs

~ Ce Jeudi 9 juillet 2020 à 20h30 ~

~ Festival (((( interférence-s)))) au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris ~

46 rue Quincampoix 75004 Paris

>> Entrée Libre sur Réservation Indispensable <<

https://www.weezevent.com/festival-interference-s

~~~~~~~

Vertigol’Oratorio hourrite de Thomas Turine, ressuscite les plus anciennes traces d’écriture musicale connues, « les chants hourrites », une série de trente fragments de tablettes d’argile inscrites en cunéiforme, sorties des fouilles archéologiques d’Ougarit (Mésopotamie-Syrie) et jamais interprétées depuis leur enfouissement sous la terre (hormis l’hymne à Nikkal), il y a de cela, entre 3400 et 3800 ans.

Se réappropriant toutes les étapes de déchiffrage et d’interprétation de ces antiques écritures cunéiformes, Thomas Turine nous convie en un voyage entre ces poèmes hourrites et leurs étranges notations musicales. 

Originellement composé pour trois voix, piano, violon et clarinette basse, 

Vertigo sera, pour (((interférence_s))), donné en une version deux voix (avec Hélène Mathon et Sébastien Jacobs) et électroacoustiques, 

il deviendra donc, l’Oratorio électronique hourrite.

Traversant successivement la trentaine de tablettes, nous plongeons en un curieux territoire vocal vertigineux et anachronique d’où jaillissent langue perdue, chants et mélodies historiques

Vertigo – live on web

En ces temps de vertiges du kayak, je vous invite à couler Mardi 28 avril à 20h00 en une 4ème séance de survie et de résistance par la pensée. Nous plongerons ensemble dans des temps très anciens, ceux des prémices de l’écriture et des premières écritures musicales. Nous tournerons autour de VERTIGO, ma dernière création anachronico-archéologico-musicale du 31 janvier au Senghor qui ressuscitait les plus anciens chants écrits. Elle sera ici divulguée, traitée, manipulée et maltraitée. Préparez-vous un nid douillet pour un voyage abyssal dans le cunéiforme.
EN LIVE ICI:
https://www.youtube.com/watch?v=2rOb1YbOs1A
MERCI !!!

Vertigo Covid WEB-9

Revue Chimères – Alice à Laborde

Cette image est la première de couverture du 95eme numéro de la revue Chimères, créée par Gilles Deleuze et Félix Guattari, à paraître d’ici peu et centré autour du “club thérapeutique”.
Cette image montre “la scène” au milieu de l’échiquier, partie centrale scénographique in situ, de cet après-midi magique du 15 août 2018, où le parc de la clinique de Laborde, au terme d’une année de travail collectif, passa de l’autre côté du miroir, emportant avec elle son équipe d’une cinquantaine d’acteurs, chanteurs, musiciens labordiens, et son public nombreux.
Nous étions Jasmin Morterell, Hélène Mathon et moi même, vêtus en jardiniers, au coeur de la création de cette Alice à Laborde. Nous l’avions accompagnée, composée, mise en chants, collectivement mise en ce magnifique sous bois de la clinique avec tous ses habitants. Douze Alice, tweedeldeum et tweedeldie, humpty dumpty, des fleurs, des reines, des rois, des chevaliers, des rouges, des blancs, un corbeau, un narrateur… Une histoire de création intense, faite de doutes, de troubles, de surprises, de rebondissements, d’incertitudes extrêmes et constantes.
Ce numéro de Chimères publie un dialogue que nous avons tenu Hélène et moi, cherchant ce que nous pouvions faire au sortir de cette chose bouleversante.

Vertigo – création musicale 2020

Ce 31 janvier 2020, au Senghor, Bruxelles

Vous pourrez assister au concert de vertigo, composition autour du vertige, d’une transposition musicale du cunéiforme et des plus anciennes traces d’écritures musicales….

Plus d’infos ici: ****//****//**********

190916 TABLETTES MASTER H24-9-23-30 - copie

Forces – Creation 2019

Leslie Mannès, Thomas Turine, Vincent Lemaître

03 > 07.12.2019: Les Brigittines

Forces est un rituel futuriste et immersif où trois figures féminines nous emportent en un tourbillon de forces primaires, telluriques, et technologiques, en une nécessaire célébration du vivant.

Telles des chamanes guerrières cyborgs, ces passeuses puisent dans l’invisible, pour faire de leurs corps, le vecteur d’une métamorphose vitale, collective, émancipatrice.