2015 Wijckaert, Une Bombe

Broyée dans le hachoir libéralo-institutionnel, la Balsa est retournée à ses origines, un squat pour public laissé en déshérence ; on peut désormais s’y abriter de la pluie et venir y manger sa tartine. Toutefois, le lieu demeure également occupé par les actrices Yvette, Véronique et Héloïse : encore revêtues des oripeaux du dernier opus qu’elles y ont joué, elles découpent l’Amphi à la tronçonneuse en vue de le vendre au poids, cependant que dans un coin, la gueule lit­té­ra­le­ment dans le mur, Thomas tapote inlassablement sur un clavier de fortune tout en annotant ce qui semble être une partition.

Livrées à elles-mêmes — on est sans nouvelle aucune de Wijckaert — Yvette, Véronique et Héloïse polémiquent et s’étripent dans l’Amphi devenu Vaisseau-Fantôme, déserté qu’il est de tout son cadre technico-administrativo-artistique. Quand soudain surgit du dehors un notaire lourdement chargé ; il est l’exécuteur testamentaire de Wijckaert.

Photo de Hichem Dahes

Photo de Hichem Dahes

une_bombe

Photographie © Hichem Dahes

Crěation le 30 septembre 2015 – La Balsamine – Bruxelles

Texte et mise en scène
Martine Wijckaert
Dramaturgie et conseils écriture
Sabine Durand
Assistante à la mise en scène
Astrid Howard
Avec
Véronique Dumont, Héloïse Jadoul, Yvette Poirier, Thomas Turine, Claude Schmitz
Création sonore et musicale
Thomas Turine
Scénographie et costumes
Valérie Jung

(costumes conçus d’après ceux créés par Laurence Villerot pour Trilogie de l’enfer)

Création lumières
Stéphanie Daniel
Régie
Mathieu Bastyns, Olivier Vincent
Équipe technique de la Balsamine
Jef Philips, Rémy Urbain

PRESSE:

Wijckaert une bombe, l’étoile qui danse

(#)Wijckaert une bombe, l’étoile qui danse – Sylvia Botella
” Publié le vendredi 09 octobre 2015 à 13h35

Retours sur Wijckaert une bombe actuellement à La Balsa. Ou il était une fois l’art de créer.

W comme Wijckaert, la Fondatrice de la Balsa, l’artiste aux discours dérangeants, la metteure en scène dont la dernière création, étonnante est une bombe. Wijckart, une bombe est une création théâtrale brute, fragmentaire, volontairement vulgaire teintée d’humour noir (très), jetant une nouvelle fois un pavé sur le plateau façon Mad Max/Destruction : le vrai/faux testament de Martine Wijckaert qui s’est fait sauter dans le hall du Théâtre National à Bruxelles dont le seul legs est un squat pour public (La Balsa des origines) tombéen désuétude où se débattent Yvette (Poirier),

Veronique (Dumont) et Heloise (Jadoul), sur les mélodies crissantes et désespérées de Thomas (Turine), musicien aveugle. Ici, l’exécution testamentaire n’est plus qu’un simulacre sans vocation symbolique, empruntant sa forme au jeu de pistes entre les mains du notaire (Claude Schmitz).

Le coté combattif, chaotique et désordonné mais aussi les doutes et la lassitude de la metteure en scène se retrouvent dans Wijckaert une bombe, mais résumer l’œuvre àces seuls traits serait oublier sa virtuosité plastique en chantier et, l’esprit de la méthode qui anime sa dramaturgie et le jeu des acteurs. Sous des faux airs récréatifs, Wijckaert, une bombe est sans doute l’une des créations les plus complexes et abouties de Martine Wijckaert. Les figures au travail d’Yvette, Véronique et Héloïse en sont les clés de compréhension, elles mettent à nu les codes de la représentation et l’obsession de son auteure de nature supposée indomptable : la recherche sans repos de ce qui en elle, légitime son travail artistique et sa place surplombante à l’égard et à l’instar de ses pairs.

C’est ce qui confère à l’œuvre son caractère délicat, elle glisse vers l’entreprise ré génératrice de pureté, presque romantique, d’où irradie une sorte de sagesse, contre toutes attentes, y compris celles de la metteure en scène qui s’en défend.

Rarement, on aura eu la sensation d’une œuvre qui, a l’endroit du chaos, s’adresse autant aux artistes et au public. Ici, le geste de Martine Wijckaert évoque la phrase culte de Friedrich Nietzsche : ” Il faut avoir un chaos en soi-même pour accoucher d’une étoile qui danse “.

Et bien, dansez maintenant, longtemps. Et pourvu que l’enfer ne soit pas le paradis.

Sylvia Botella

Advertisements

One thought on “2015 Wijckaert, Une Bombe

  1. Pingback: Martine Wijckaert – Une Bombe – a la balsamine des ce 30 septembre 2015 | Thomas Turine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s