2010 K a Society / Kris Verdonck

Dans un site déterminé (ou plusieurs sites) le spectacle réunit une dizaine d’installations : séquences filmées, objets, situations. Le seul personnage vivant est un guide qui dirige le public d’un lieu à l’autre.

K, a society présente des facettes d’une société très similaire à la nôtre ; la série d’images traduit, grossit ou rend perceptible des tendances présentes dans notre monde. Ce sont des imaginaires de personnages réels qui nous sont familiers, mais les figures évoquées se situent aussi dans le prolongement des protagonistes peuplant les uvres plus anciennes de Kris Verdonck.

Le titre K, a society fait référence à l’oeuvre de l’auteur pragois Franz Kafka, principale source d’inspiration lors de la conception du spectacle. Cela ne signifie nullement que les récits ou personnages de Kafka sont racontés ou montrés littéralement. Pour Kafka, ce n’était pas non plus le but. À travers la lecture répétée de ses textes et un long travail d’analyse, il devient clair que l’univers de l’auteur est une forteresse close et imprenable, que Kafka donne à voir un processus sans issue fondée sur la logique implacable du cauchemar. Pour K, a society, l’artiste est plutôt parti en quête du « souffle » de l’oeuvre de Kafka, de l’univers et de la société qui surgissent de ses textes : un système oppressant où rien ne peut être prouvé, où rien n’est véridique ni vrai. Une société où l’homme est toujours laissé dans l’incertitude sur ce qui va se passer. Une société comme un mauvais rêve dont on ne sait pas quand, comment, voire si l’on va s’en réveiller.

Le cinéma expressionniste allemand, avec ses personnages longeant les murs, leurs ombres allongées et leurs grimaces accentuées, constitue la deuxième source d’inspiration du spectacle.

Le caractère aliéné du monde où nous vivons, les tensions entre l’homme et la machine, entre l’être vivant et la marionnette/la matière morte étaient déjà présentes en filigrane dans les entreprises précédentes de Kris Verdonck, par exemple dans les spectacles I/II/III/IIII et End ou dans les (ensembles d’) installations In, Dancer #1, Actor #1. K, a Society prolonge ce fil conducteur et le développe, le multiplie, l’enchevêtre.

Video de Gossip

.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s